© photo by randall meng on unsplash

L’apprentissage social par A. Bandura (partie 2)

Le behaviorisme (ou théorie du conditionnement)

Tout le monde connaît l’expérience menée par Pavlov avec son chien …

Les behavioristes considèrent que pendant le conditionnement (mais aussi après), l’individu réagit toujours après le stimulus. La clochette retentit en même temps que l’os est donné au chien ; alors, le chien salive. Le conditionnement est mis en place.

Après, si, seule, la clochette retentit, le chien salive à nouveau. Cette approche met à jour des relations entre les variables de l’ENVIRONNEMENT les mesures de COMPORTEMENTS sans faire appel au psychisme comme mécanisme explicatif

Le cognitivisme

C’est l’hypothèse selon laquelle la pensée est un procédé semblable au traitement de l’information. C’est un ensemble de processus mentaux relatifs à la connaissance tels que : le raisonnement, la perception, la résolution de problème, la mémorisation.

La théorie de l’apprentissage social et la théorie socio cognitiviste

Pour Bandura, l’apprentissage social se fait par OBSERVATION (d’un COMPORTEMENT) – IMITATION (d’un COMPORTEMENT) – MODELISATION (de son COMPORTEMENT). Ce processus est l’apprentissage par l’observation.

Or, pour Bandura, observer d’autres COMPORTEMENTS n’implique pas automatiquement que l’on apprenne de ce que l’on observe et que l’on change son COMPORTEMENT. Il y a des facteurs qui relèvent du domaine cognitif qui interviennent et qui nous aident à apprendre. C’est la différence avec le behaviorisme ! Ces trois facteurs à prendre en compte sont le COMPORTEMENT (observé), l’ENVIRONNEMENT (dans lequel le comportement observé se réalise) et la PERSONNE (qui observe).

L’apprentissage social, par observation, se met en œuvre si ces 3 facteurs interagissent entre eux. Bandura appelle cela le schéma du déterminisme réciproque (qui fonctionne comme un triptyque où ces trois facteurs qui le composent interagissent entre eux et s’influencent).

Comment cela fonctionne ?

J’OBSERVE un COMPORTEMENT.

Je vais l’observer attentivement si le COMPORTEMENT observé a une importance pour moi (la PERSONNE) ou me concerne ou s’il est unique.

Ensuite, il faut que je rétienne quelque chose du COMPORTEMENT observé. Un moyen de retenir est de répéter le comportement observé. Mais répéter ne suffit pas pour retenir. Cela dépend encore de la PERSONNE notamment de sa motivation à retenir.

Je retiendrai un COMPORTEMENT si je constate que ses effets sur l’ENVIRONNEMENT me satisfont (l’ENVIRONNEMENT récompense le COMPORTEMENT). Si un COMPORTEMENT observé produit des effets positifs (récompenses…) importants pour la PERSONNE sur l’ENVIRONNEMENT, elle sera motivée à le retenir et à le reproduire.

Mais Bandura introduit dans le facteur de la PERSONNE d’autres facteurs qui poussent à apprendre d’un COMPORTEMENT observé. C’est le sentiment d’EFFICACITE PERSONNELLE. La PERSONNE apprendra d’autant plus d’un COMPORTEMENT si elle juge qu’elle a les capacités personnelles à organiser et à réaliser les ensembles d’actions comportementales observées pour atteindre des performances attendues mais aussi à exercer un contrôle sur ses actions.

retour vers le haut de la page